com

 

 

Pièce de danse-théâtre créée par la compagnie Puls’Art, interprétée par 10 danseuses.

“One” est une histoire de fracture…et de réunification. Un voyage intérieur pour appréhender une mécanique du corps qui parfois dysfonctionne. Aller chercher la faille, au plus profond de soi. Rencontrer ses cellules, dans l’infiniment petit, se réconcilier avec elles, les laisser se réapproprier l’espace, à l’écoute du rythme des émotions. Entrer dans l’organique qui se dévoile au fil de sa chair, jusqu’au cœur, jusqu’au centre. Devenir palpitation pour vibrer avec soi.
Puis résonner. Diffuser l’énergie dans l’autour, le par-delà, comme une expansion.Toucher ainsi à l’infiniment grand.


Chorégraphie :
Macha Mélanie

Danseuses :
Flora Buffandeau
Manon Capdevila
Julie Cuillier
Blanca Galofre
Karinne Grenier
Macha Mélanie
Muriel Mestanza
Léa Panel
Florence Panis
Catherine Warburton

Costumes :
Sophie Bastide

Lumière :
Emilie Dionisi

Photographe de plateau :
Céline Ka

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Réaction :

«ONE ou le génie (guérisseur) de la danse :

Le travail de Macha Mélanie « ONE » est une œuvre unie par ses tableaux dans une structure symphonique ; pour la plupart dansés sur un simple ostinato rythmique mais le silence n’est jamais loin et ce silence est tout aussi important.
Le silence des corps, leurs hurlements, leurs solitudes, leur inconscients communs ; avec inconscients au pluriel car Macha Mélanie entrevoit toujours la dualité de la solitude et du groupe. Même au tableau final de l’infiniment grand peut-on y voir un fin sublime où même au plus confiants de notre propre moi nous nous retrouvons ainsi happés par cette union, par cette grande communion collective.
Les costumes sont splendides et efficaces et entretiennent un lien étroit avec la trame de l’œuvre.
Nous entrevoyons au fil du temps les points forts de cette œuvre :
Le rituel ; il semble que Macha Mélanie garde toujours très près de son travail la danse en tant que défoulement sacré.
Le rythme entre les pas, la fine structure chorale du premier acte, l’individualité empreinte d’euphorie, de souffrance et de désespoir, avec de très belles scènes, le groupe qui s’unit, se déchire ou s’emporte vers un autre destin.
Le malade et le médecin imaginaires, un texte parfait, un clin d’œil de théâtre au son de la médecine du cœur, enfin vous vivrez un moment inoubliable comme un chant de danse.»
Frank Warburton

Contact : ciepulsart@hotmail.fr