Un été à Berlin : Super, indescriptible, un inespéré mélange de woodstock, de punk, d’écologie, d’art contemporain, de l’humanité à foison, de l’inventivité…
J’étais logée dans le quartier le plus cool du monde : une île-refuge nommée Friedrichshain, à Berlin-est, dans une grande collocation de gens venus des 4 coins de l’Europe.
Partout, dans les rues, au fond des cours, les murs sont couverts de peintures, de dessins, d’affiches.
L’art éclabousse la vue. Un vent de liberté artistique qui rend optimiste… comme cette portion du Mur de Berlin, couverte de peintures, une ré-appropriation d’un espace, pleinement digérée et artistiquement transformée. De l’art qui pousse comme de la « mauvaise » herbe dans les fissures des vieilles constructions.

J’ai voulu toucher ça, m’y presser contre et laisser promener ma matière le long d’une portion du mur de Berlin, recouvert de peintures, la east side Gallery.